consultation vétérinaire de comportement
à nouméa en nouvelle calédonie

La consultation de comportement : Une consultation pour retrouver
le plaisir de vivre ensemble


Mon chien a t-il besoin d’un psy ?

Si votre compagnon aboie sans cesse, n’est toujours pas propre, détruit tout en votre absence, si vous ne pouvez pas le sortir en ville facilement, une consultation de comportement peut vous aider. Ces problèmes ne « passent pas avec le temps », mais au contraire s’installent et s’aggravent, entraînant une souffrance de l’animal (anxiété, dépression) ainsi que de lourdes contraintes dans votre vie sociale et familiale.

Les troubles du comportement du chien sont fréquents, largement négligés, et souvent très mal perçus. Face à un animal compliqué, la plupart des propriétaires s'entendent dire par leur entourage que leur animal est « mal éduqué », qu'il est « jeune, et que ça va passer », que « c’est la race qui veut ça » ou que c'est « parce qu'il a été battu».... Autant de bons conseils qui vous culpabilisent sans apporter de solutions ou vous donnent des raisons qui ne sont pas les bonnes.

Beaucoup de propriétaires croient à tort être responsables du trouble de leur animal et n’osent pas demander conseil en se considérant comme la cause du problème…

C’est dommage, car la plupart des troubles ont une explication qui n’est pas celle que vous croyez et des solutions auxquelles vous n’avez pas pensé.

Dans tous les cas, plus l’animal est pris en charge précocement, meilleurs et plus rapides seront les résultats obtenus. Un animal n’est jamais trop vieux pour être traité.

Quels sont les troubles comportementaux les plus courants ?

Les troubles du développement comportemental (hyperactivité-hypersensibilité, syndrome de privation) se révèlent très tôt, parfois dés l’acquisition du chiot et s’ils ne sont pas soignés, compromettent gravement son éducation et la qualité des apprentissages.

Les troubles de la relation homme-animal  s’installent plutôt au moment de la puberté et se développent progressivement. Il est important de les détecter le plus tôt possible.

Les troubles du vieillissement apparaissent plus tardivement (à partir de 7 ou 8 ans) et nécessitent un traitement spécifique.
Certains troubles comportementaux sont liés à des maladies.

L’éducation est elle la solution ? 

L’éducation canine, si elle est  bien menée, est toujours bénéfique. Elle ne suffira malheureusement pas si votre chien est peureux ou hyperactif. Un diagnostic précis, assorti d’un traitement médical approprié permettra d’obtenir de bien meilleurs résultats.

Thérapies, traitements médicamenteux, éducation canine sont en réalité complémentaires et souvent prescrits simultanément par le vétérinaire pour une prise en charge optimale.

Les méthodes d’éducation basées sur la contrainte, la punition physique et le recours au collier électrique sont contre-indiquées et risquent de provoquer une dégradation du comportement de votre animal. Si ils apportent un bénéfice apparent c’est au prix d’un état dit de détresse acquise qui s’apparente à une forme de dépression. Est ce vraiment ce que vous souhaitez pour votre animal ?

Est- ce utile de donner des médicaments ?

Les vétérinaires zoopsychiatres comme leurs homologues humains ont la possibilité de prescrire des traitements. Les psychotropes agissent sur le psychisme et peuvent modifier le comportement de l’animal.  Beaucoup de propriétaires sont réticents à l’idée de droguer leur chien alors que d’autres au contraire sont à la recherche d’un calmant … Les traitements ne sont jamais une camisole chimique destinée à transformer votre chien en gentil junkie soumis à vos exigences ou à celles du voisinage !

Nul besoin de l’abrutir, au contraire, il est indispensable que le chien participe activement à la thérapie qui lui sera proposée. Le vétérinaire utilise des anxiolytiques, des régulateurs de l’humeur, des régulateurs de l’impulsivité qui vont rendre l’animal plus réceptif à la thérapie comportementale et aux mesures de rééducation. Et n’ayons pas peur de mots : les troubles du comportement témoignent bien souvent d’une souffrance psychique que les médicaments vont pouvoir régler assez rapidement le temps que les autres mesures fassent leur effet.

Le chien ne sera pas rendu dépendant au médicament et lorsque les résultats sont atteints un sevrage progressif est mis en place. Dans l’immense majorité des cas, le chien se passera du médicament qui l’a aidé à s’améliorer. Les rares situations qui nécessitent une médicalisation à vie sont les troubles de la petite enfance qui sont en rapport avec un fonctionnement du cerveau profondément anormal.

Pourquoi un vétérinaire comportementaliste / Zoopsychiatre ?

Les vétérinaires comportementalistes (ou zoopsychiatres) ont pour objectif  de protéger, améliorer ou rétablir l'équilibre comportemental des animaux domestiques en utilisant tous les moyens disponibles dans le respect de l'animal , de son bien-être et de la relation avec ses propriétaires.

Les vétérinaires  comportementalistes diplômés des Ecoles Vétérinaires Françaises ont suivi une formation spécialisée  diplômante de plusieurs années en sus de leur cursus de vétérinaires. Le vétérinaire est le médecin de l’animal ; il est donc le seul apte à prescrire des médicaments parfois nécessaires pour optimiser la thérapie comportementale entreprise et soulager rapidement l’animal. Les vétérinaires comportementalistes sont également compétents pour proposer les thérapies adaptées qui vont pouvoir résoudre les troubles observés : modification de certaines habitudes à la maison, travail sur la communication avec l’animal, organisation d’un nouvel espace pour l’animal, exercice et jeux particuliers, mesures d’éducation...

Comment se passe une consultation de comportement ?

Personne ne va s’allonger sur un divan, ni vous ni le chien ! Comme dans une consultation vétérinaire classique, le vétérinaire va recueillir des symptômes et les analyser pour vous donner un diagnostic. Dans ce domaine, il ne peut s’appuyer sur l’examen physique du chien mais sur son observation et sur vos réponses à ses questions pour déterminer le mode de vie du chien, ses réactions, ses relations avec les personnes, avec les autres chiens et les données issues de sa vie de chiot. Le vétérinaire va ensuite vous proposer un traitement. Il vous aidera surtout à mieux comprendre votre chien et vous trouverez ensemble des solutions pour remédier au problème et faire changer son comportement.

Une thérapie comportementale dure au minimum 2 ou 3 mois, temps minimum nécessaire à ce que les changements soient durablement fixés.

Par la suite, il est généralement nécessaire de prévoir quelques consultations de suivi, espacées de quelques semaines à quelques mois chacune, ce rythme sera déterminé en fonction du trouble de l'animal. Les consultations de suivi permettent de surveiller l’évolution du trouble et d’ajuster le traitement. Chaque animal est unique et évoluera à sa manière, le suivi permet ainsi d’améliorer significativement les résultats obtenus.

Consultation sur rendez vous uniquement 
Durée : 1h30 
Tarif : 16500 CFP